Where are you located?

Savourez HeinekenMD de manière responsable

Heineken when you drive never drink

Savourez HeinekenMD de manière responsable

Savourez Heineken de manière responsable : nous nous engageons à encourager le plaisir de la bière, de manière responsable et modérée, dans le cadre d’un mode de vie sain.

NOUS ENCOURAGEONS LA RESPONSABILITÉ

Nous encourageons activement une attitude responsable

En tant que leader du secteur ayant une activité internationale, Heineken se doit de jouer un rôle actif dans la promotion d’une consommation responsable et modérée. Nous nous sommes engagés à faire de la consommation modérée une aspiration à travers la marque Heineken, et notre engagement permanent est de consacrer au moins 10 % de notre budget marketing aux campagnes de consommation responsable.

Conseils pratiques pour savourer de manière responsable

Une consommation modérée d’alcool au bon moment, au bon endroit et pour les bonnes raisons est le meilleur conseil. Mais nous en avons d’autres à vous donner.

Conseils

Ce que nous faisons pour savourer de manière responsable

Heineken 00 two bottles at the beach

Ce que nous faisons pour savourer de manière responsable

SAVOUREZ HEINEKEN DE MANIÈRE RESPONSABLE

Notre logo emblématique

Tous nos emballages primaires et secondaires, ainsi que notre matériel de communication et nos produits dérivés au point de consommation, portent le logo Enjoy Heineken Responsibly. Cela signifie que le message « Savourez Heineken de manière responsable » figure sur des centaines de millions de bouteilles, canettes, plateaux, sous-verres de bière... partout où vous pouvez déguster une Heineken rafraîchissante.

Enjoy Responsibly
SAVOUREZ HEINEKEN DE MANIÈRE RESPONSABLE

Une consommation responsable à tous nos événements

Nous nous associons aux événements sportifs et musicaux les plus passionnants du monde et utilisons la portée de nos parrainages mondiaux avec l’UEFA, la Formule 1 et la Formule E pour nous adresser à des millions de consommateurs dans le monde entier avec notre message de modération.

Enjoy Heineken Responsibly - when you drive never drink

Our products

Partager cette page

FAQ

Questions sur « Savourez Heineken de manière responsable »

L’alcool est créé lorsque des fruits, des légumes ou des céréales sont fermentés, c’est-à-dire lorsque des levures ou des bactéries font fermenter les sucres du produit alimentaire d’origine et les transforment chimiquement en alcool. Le nom chimique de l’alcool contenu dans les boissons alcoolisées est l’éthanol. L’éthanol est un liquide incolore plus léger que l’eau – un millilitre pèse environ 0,8 gramme. La quantité d’alcool présente dans les différents produits fermentés est très variable. Le pourcentage d’alcool dans une portion typique de bière est d’environ 5 %; pour le vin et les spiritueux, ces pourcentages sont respectivement d’environ 12 % et 35 %. Les boissons alcoolisées contiennent également de l’énergie (des calories) provenant de l’alcool (30 kilojoules par gramme). La valeur nutritionnelle de la plupart des boissons alcoolisées est très faible, car elles contiennent peu de protéines, de graisses ou d’autres nutriments. Certaines boissons, comme la bière, contiennent toutefois des sucres et des glucides ainsi que des vitamines B, des micronutriments et des minéraux.

En tant que brasseur mondial, nous sommes d’avis que si vous buvez de la bière, il est important de toujours le faire avec modération, au bon moment, au bon endroit et pour les bonnes raisons. Il existe également des situations dans lesquelles vous ne devriez pas boire d’alcool, même si la législation ou les directives gouvernementales peuvent autoriser une consommation limitée. De nombreux gouvernements et autorités sanitaires donnent des directives sur le nombre d’unités d’alcool qui peuvent être consommées de manière quotidienne ou hebdomadaire. Sur certains de nos marchés, nous faisons figurer ces lignes directrices sur les étiquettes de nos produits. Il existe des risques évidents pour la santé et le comportement associés à une consommation excessive d’alcool, que ce soit au fil du temps ou en une seule fois. Les attitudes culturelles, les croyances religieuses et la législation peuvent toutes influencer le comportement en matière de consommation d’alcool, mais en fin de compte, les personnes décident elles-mêmes si elles doivent boire ou non, et comment et en quelle quantité. Si les gens consomment de l’alcool de manière inappropriée, ils deviennent un danger potentiel pour eux-mêmes et pour les autres.

"Dans certaines situations, il est préférable de ne pas boire du tout, même si la législation ou les directives gouvernementales peuvent autoriser une consommation limitée. Il s’agit des situations suivantes : • Conduite d’un véhicule ou intention de conduire un véhicule • Au travail, en particulier lorsque le travail implique l’utilisation de matériaux ou de machines complexes ou dangereuses ou une concentration importante • Pendant la grossesse ou la tentative de conception • En dessous de l’âge légal de la consommation ou de l’achat d’alcool • Incapacité de contrôler la quantité d’alcool que vous buvez • La consommation d’alcool est déconseillée par un médecin En tant que brasseur mondial, nous sommes d’avis que si vous buvez de la bière, il est important de toujours le faire avec modération, au bon moment, au bon endroit et pour les bonnes raisons. Si les gens consomment de l’alcool de manière inappropriée, ils deviennent un danger potentiel pour eux-mêmes et pour les autres."

L’alcool affecte tout le monde différemment. Un ou deux verres peuvent déjà vous affecter. L’alcool accélère le pouls et la respiration. Il déshydrate votre corps, renforçant ainsi le besoin d’uriner. L’alcool réduit votre capacité à vous concentrer, à coordonner vos mouvements ou même à voir correctement. Même après avoir consommé une très faible quantité d’alcool, vous êtes plus susceptible de commettre des erreurs et des fautes de jugement. Votre capacité à conduire en toute sécurité une voiture ou tout autre véhicule peut en fait être affaiblie par un taux d’alcoolémie bien inférieur à la limite légale. Pour conduire en toute sécurité, il faut une bonne vision, un bon jugement et des temps de réaction rapides. L’alcool nuit à ces trois aptitudes. Si vous buvez et conduisez, vous risquez de vous tuer ou de vous blesser et de blesser les autres. L’approche la plus sûre pour ceux qui ont l’intention de conduire est de ne pas boire. Une consommation excessive et persistante d’alcool peut entraîner un certain nombre de problèmes sociaux, psychologiques et médicaux, y compris une dépendance à l’alcool.

Le taux d’alcoolémie est déterminé par la vitesse à laquelle l’alcool est absorbé dans le sang à partir des intestins et par la vitesse à laquelle l’alcool est décomposé par le foie. Le taux d’alcoolémie est affecté par divers autres facteurs. Par exemple, le fait de combiner la consommation d’alcool avec un repas contribue à faire baisser le taux d’alcoolémie. Votre taux d’alcoolémie dépend du nombre de verres que vous avez consommés, de la vitesse à laquelle vous buvez, de votre poids et de votre sexe – et non de la fréquence à laquelle vous buvez. La même consommation d’alcool entraîne un taux d’alcoolémie plus faible chez les hommes que chez les femmes. Les hommes ont un poids moyen plus élevé et un pourcentage de liquide corporel relativement plus élevé. Les femmes métabolisent l’alcool plus lentement que les hommes, ce qui signifie qu’il reste plus longtemps dans leur organisme. Bien que la vitesse de dégradation puisse varier considérablement d’un individu à l’autre, le foie peut en moyenne éliminer environ huit grammes d’alcool par heure.

La réponse est simple : oui. La même consommation d’alcool entraîne un taux d’alcoolémie plus faible chez les hommes que chez les femmes. Les hommes ont un poids moyen plus élevé et un pourcentage de liquide corporel relativement plus élevé. Les femmes métabolisent l’alcool plus lentement que les hommes, ce qui signifie qu’il reste plus longtemps dans leur organisme. Par conséquent, une même quantité d’alcool aura un impact physique plus important sur une femme que sur un homme, même si l’on tient compte des différences de poids.

Pour les femmes enceintes ou celles qui veulent concevoir un enfant, il est plus sûr de ne pas boire d’alcool. Lorsque les femmes enceintes boivent de l’alcool, celui-ci est non seulement transporté vers tous leurs organes et tissus, mais il atteint également le placenta et traverse la membrane séparant les systèmes sanguins de la mère et de l’enfant. Ainsi, quand une mère boit de l’alcool, son bébé en boit aussi. Un certain nombre de troubles comportementaux, développementaux et physiques ont été associés à la consommation d’alcool pendant la grossesse. Le plus connu est le syndrome d’alcoolisme fœtal, associé à la consommation chronique d’alcool par les femmes enceintes. Il n’y a pas suffisamment de preuves solides pour établir quel niveau de consommation d’alcool est sans danger pendant la grossesse. L’approche la plus sûre est de ne pas boire d’alcool.

Un estomac plein ralentit le passage de l’alcool dans le gros intestin et peut modifier son absorption. Si vous buvez après avoir mangé, les effets de l’alcool mettront plus de temps à se manifester et les concentrations d’alcool dans le sang n’augmenteront pas aussi rapidement que lorsque vous buvez à jeun.

Le café noir, les douches froides ou l’air frais ne feront rien pour contrecarrer les effets physiques de l’alcool. Ils peuvent vous aider à vous sentir mieux, mais seul le temps peut éliminer l’alcool de votre sang. Il n’y a pas de raccourcis.

Les mineurs manquent d’expérience en matière de boisson et ne connaissent pas leurs propres limites. Boire beaucoup pendant la puberté peut avoir des effets sur le développement du cerveau, le foie et le système hormonal. Les différents pays définissent la consommation d’alcool par les mineurs de différentes manières, principalement en fonction de l’âge légal d’achat. Les personnes n’ayant pas l’âge légal pour acheter et/ou consommer de l’alcool ne doivent pas en acheter ni en consommer.

Une nuit passée à boire excessivement se transforme presque toujours en une matinée inconfortable. La dégradation de l’alcool dans l’organisme transforme l’alcool en substances qui ont un effet désagréable. L’alcool irrite le corps humain de différentes manières, mais la plus importante est sans doute le fait qu’il empêche l’activité de l’hormone qui inhibe la sécrétion d’urine. Par conséquent, vous devez aller aux toilettes plus souvent lorsque vous buvez. Vous perdez alors des liquides et vous vous déshydratez. Il n’est donc pas surprenant que vous vous réveilliez le matin en vous sentant mal; probablement avec un mal de tête, peut-être aussi avec des nausées, des tremblements et certainement la bouche sèche et une soif extrême.

"Effets aigus sur la santé L’acétate de l’alcool produit principalement dans le foie provoque une dépression du système nerveux central. Cela a un effet sur le comportement d’une personne, comme un manque d’inhibition, une diminution de la capacité à résoudre les problèmes, une altération du fonctionnement émotionnel, une dépression ou une agitation. Il a des effets sur la mémoire et les fonctions motrices, comme la diminution du temps de réponse. Avec une consommation croissante, cela peut conduire à des accidents ou contribuer à une mauvaise prise de décision, à la violence ou à une grossesse non désirée. Une intoxication alcoolique aiguë sévère due à une consommation excessive d’alcool extrême peut entraîner des convulsions, un coma ou la mort. Effets sur la santé à long terme En général, pour les adultes, il existe une corrélation en forme de J entre la consommation d’alcool et la mortalité. Cela signifie que les consommateurs de quantités faibles à modérées d’alcool présentent un risque de décès plus faible que les personnes qui ne boivent pas du tout, ainsi qu’un risque plus faible que les consommateurs de quantités élevées d’alcool. L’abus chronique d’alcool peut provoquer des maladies du foie allant de troubles légers, comme la stéatose, à des maladies graves mettant la vie en danger, comme la cirrhose. Le système cardiovasculaire est l’un des principaux systèmes d’organes influencés par la consommation d’alcool. Des études menées auprès de la population montrent de manière concluante qu’une consommation modérée de boissons alcoolisées a un effet protecteur. Cet effet se retrouve chez les hommes et les femmes et n’a aucun rapport avec le type de boisson alcoolisée. La consommation de quantités plus importantes d’alcool entraîne par exemple une hypertension artérielle et un risque plus élevé de maladies cardiovasculaires. On rapporte également qu’une consommation modérée d’alcool protège contre le diabète et la démence. Il existe un lien entre l’alcool et certains types de cancer. Par exemple, un risque plus élevé de cancer du sein et de cancer de l’œsophage est lié à la consommation d’alcool et les risques augmentent avec une consommation accrue."

La dépendance à l’alcool est un syndrome caractérisé par la dépendance physique et psychologique à l’alcool. Cela signifie que les personnes dépendantes à l’alcool commencent à souffrir de symptômes de sevrage physiques et psychologiques lorsqu’elles arrêtent de boire. Leur consommation d’alcool interfère avec leur vie quotidienne normale, tant au travail qu’à la maison. Les personnes qui ont des difficultés à contrôler leur consommation d’alcool à des niveaux modérés doivent consulter un médecin et devraient totalement s’abstenir.